Comment défendre les intérêts d’un étudiant dyslexique pendant la réunion parent-prof ?

étudiant atteint de dyslexie
De nos jours, les conseils ne manquent pas sur la manière de défendre les intérêts d’un élève dyslexique (ou atteint de dyslexie, ou encore avec la dyslexie – quel que soit le terme que vous utilisez).
Auparavant il y avait peu ou pas de conseils sur la manière de défendre les étudiants dyslexiques. Aujourd’hui, la plupart des conseils portent sur ce qu’il faut faire et comment le faire, mais qu’en est-il de ce qu’il ne faut pas faire ? Voici quelques brefs conseils sur ce que vous voulez essayer, vraiment dur, de ne pas faire.

Ne blâmez pas le professeur de votre enfant

Le manque de services appropriés pour nos enfants est un problème systémique, pas un problème d’enseignant. Dans la plupart des cas, l’enseignant fait absolument tout ce qu’il peut pour soutenir et enseigner à votre enfant.

Dans la plupart des situations, l’enseignant n’a pas reçu les outils, les ressources ou le temps nécessaires pour enseigner correctement à un enfant dyslexique. Dans la plupart des situations, l’enseignant ne veut rien d’autre que de voir votre enfant réussir.

Compte tenu de ces situations, il ne semble pas vraiment rationnel de blâmer l’enseignant. Il faut plutôt se concentrer sur les parties qui peuvent apporter les changements nécessaires.
Déterminez qui prend les décisions en matière d’interventions, de temps, d’argent et de formation. Si vous le pouvez, trouvez un moyen de faire savoir à l’enseignant que vous comprenez que ce n’est pas sa faute.

N’y allez pas (essayez de ne pas y aller) seul aux réunions parents-prof

C’est peut-être plus facile à dire qu’à faire, mais si vous le pouvez, emmenez quelqu’un avec vous. Vous pouvez amener à la réunion toute personne qui a des connaissances sur l’étudiant.

Vous pouvez amener votre conjoint, partenaire, voisin, frère ou sœur, cousin, avocat, tuteur privé, psychologue privé, médecin, entraîneur de base-ball, professeur de danse, tante, oncle, ancien professeur, vous voyez le tableau.

Les équipes éducatives sont censées inclure le parent dans l’équipe, mais souvent, ce n’est pas le cas. Il est parfois intimidant pour un parent d’y assister seul. Si vous devez y aller seul, souvenez-vous que vous pouvez faire une pause dans la réunion. Vous pouvez également téléphoner à un ami, le faire quand vous avez besoin de pleurer à quelqu’un ou de crier ou d’obtenir des conseils, puis vous regrouper et retourner à la réunion.

N’oubliez pas d’utiliser le mot « dyslexie » à plusieurs reprises.

C’est simple, ce mot est court, facile à retenir et direct : dyslexie. Quand un enseignant propose quelque chose, demandez si cela convient à une personne dyslexique. Demandez à l’équipe quelle est sa compréhension de la dyslexie. Lorsque vous choisissez des aménagements, demandez s’ils sont adaptés à la dyslexie… Etc. !

Ne signez rien lors de la réunion parents-prof

Même si vous mettez en place un plan avec le professeur principal de votre enfant, vous n’êtes pas obligé de le signer lors de la réunion. Vous pouvez emporter vos notes chez vous, y dormir, en parler, les regarder et y réfléchir avant de commencer son implémentation.

Le fait de ne rien signer (à part la participation) vous donne le temps de respirer, de réfléchir à l’émotion, d’éviter les erreurs. Mais aussi de réfléchir à des choses auxquelles vous n’auriez peut-être pas pensé pendant la réunion. En réalité, il s’agit d’un document juridique. Il y a également, un plan pour votre enfant que vous signez et dont l’importance ne doit jamais être sous-estimée.
Il y a beaucoup d’autres choses auxquelles il ne faut pas penser. Appelons-les plutôt « essayez de ne pas le faire ». Essayez de ne pas crier. Essayez de ne pas accuser. Essayez de ne pas être déraisonnable. Essayez de ne pas céder. Essayez de ne pas être intimidé…

Mais surtout, essayez de ne pas oublier que ce n’est qu’une partie de la vie de votre enfant/élève. Alors essayez de vous souvenir de toutes les choses merveilleuses, géniales, drôles et talentueuses que votre enfant fait et fera tout au long de la journée.
Pour aller plus loin, il existe en effet de nombreuses ressources en ligne comme France Dyslexia par exemple, tenue par Sequoia Education ou autre site web d’associations à destination des parents des enfants dyslexiques.




Ajouter un commentaire

You must be logged in to post a comment.

ut mattis ut Aenean mi, venenatis, diam suscipit leo. et,