Les médicaments provoquant les fausses couches

fausse couche

Parmi les épreuves les plus insoutenables pour les futures mamans, on compte la fausse couche. Cet incident, lourd de conséquences au niveau moral, plus qu’au niveau physique, peut être provoqué par différents facteurs. L’ingestion de certains médicaments peut être entre autres à l’origine de l’avortement spontané du fœtus au cours de la grossesse. À titre d’information, voici quelques-uns d’entre eux qui ont la capacité de provoquer une fausse couche.

L’aspirine, cause possible de fausse couche

L’aspirine est un remède qui permet de soulager diverses gênes comme les migraines ou encore la fièvre. Ces affections peuvent toucher les femmes enceintes comme n’importe quel individu. Par conséquent, il se peut tout à fait que les futures mamans soient tentées de consommer ce médicament pour guérir de leurs douleurs. La prescription de l’aspirine pour traiter une patience en cours de grossesse n’est pas réellement interdite.

Cependant il est important de souligner que l’ingestion de ce remède peut engendrer certaines conséquences dangereuses pour le fœtus. En effet, une fausse couche peut arriver à tout moment. Cette situation ne concerne pas toutes les femmes enceintes qui consomment de l’aspirine. Toutefois , la prudence est de mise, car l’aspirine est donc un médicament provoquant une fausse couche.

L’ibuprofène

Appartenant à la catégorie des médicaments anti-inflammatoires, l’ibuprofène est totalement déconseillé lors de la grossesse. Sa consommation doublerait effectivement, selon des études menées, les risques de fausse couche. Si l’arrêt de la grossesse ne se passe pas, des malformations du fœtus peuvent survenir. L’avortement spontané est surtout remarqué en cas d’ingestion d’anti-inflammatoires non stéroïdiens au tout début de la gestation.

Ce qu’il faut savoir absolument c’est que l’ibuprofène peut tout à fait entrer dans la composition de certains médicaments en vente libre dans les pharmacies. Il est donc impératif que les femmes enceintes soient attentives lorsqu’elles achètent un médicament pour se soigner de n’importe quelle affection. La meilleure recommandation que l’on pourrait donner aux patientes en cours de grossesse reste certainement la consultation d’un médecin avant de consommer n’importe quel médicament.

Certains antibiotiques

Les antibiotiques sont à coup sûr la catégorie de médicament la plus fréquemment utilisée. Qui, en effet, n’a pas encore ingéré des antibiotiques ? En tout cas, il est tout naturel que les femmes enceintes soient contraintes de manger ce type de médicaments si elles contractent une infection. Les traitements aux antibiotiques sont cependant à suivre de près, car les fausses couches sont un des plus grands risques courus par les futures mamans. L’avortement spontané se passe le plus souvent avant la 20e semaine d’aménorrhée ou la 18e semaine de grossesse.

La bonne nouvelle est que ce ne sont pas tous les antibiotiques qui sont mis en cause. Il est effectivement bon de savoir que ce ne sont pas tous les médicaments appartenant à cette catégorie qui peuvent provoquer les fausses couches. Seulement six classes d’antibiotiques sont associées à un risque plus ou moins important d’avortement spontané dans les premiers mois de la grossesse. On distingue notamment :

  • les sulfonamides

  • l’azithromycine

  • la clarithromycine

  • les quinolones

  • le métronidazole

  • les tétracyclines

Le fait que les antibiotiques puissent être à l’origine de fausse couche ne doit en aucun cas stopper la prescription de ces médicaments. Les femmes enceintes présentant des infections doivent impérativement être traitées avec ce genre de médicament. Les antibiotiques indiqués sont entre autres :

  • les pénicillines,

  • la nitrofurantoïne,

  • les céphalosporines.

Si la prescription d’antibiotiques peut être contournée, il est préférable de se tourner vers d’autres remèdes. L’homéopathie peut être conseillée aux femmes enceintes pour traiter leurs maux. Les remèdes homéopathiques sont de plus en plus recommandés durant la grossesse en raison du fait qu’ils présentent peu de risques. Le danger de la fausse couche est aisément évité avec ces types de médicaments. Ils soignent entre autres : les douleurs de toutes sortes, les nausées, mais aussi l’anxiété et les maux de ventre. Toutefois, il est vivement recommandé de consulter un professionnel de la santé (sages-femmes, médecin, pharmacien…) avant de consommer n’importe quel médicament.




Ajouter un commentaire

You must be logged in to post a comment.

efficitur. felis porta. leo sem, commodo ut venenatis,