Les différentes étapes de l’accouchement eutocique

person-cute-child-baby-mouth-infant

L’accouchement eutocique est un terme utilisé pour désigner un accouchement normal, sans difficulté tant du côté du bébé que de la maman. Il s’agit d’un accouchement par voies naturelles avec une position fœtale céphalique, c’est-à-dire avec une présentation du bébé par la tête. C’est donc un accouchement qui se déroule suivant le processus physiologique. On dit qu’un accouchement est eutocique lorsqu’il respecte les 3 phases que vous allez découvrir dans cet article.

Le travail : première étape d’un accouchement eutocique

C’est une étape importante qui est centrée sur le col de l’utérus. Le travail est une phase relativement longue en plus d’être la période la plus douloureuse de l’accouchement. La dilatation du col de l’utérus se fait grâce à l’action des contractions utérines ainsi qu’à la progression du bébé qui va en direction du bassin. Les contractions utérines permettent aux fibres musculaires du col de l’utérus de s’étirer. C’est pour cela qu’elles provoquent de fortes douleurs variant à l’approche de l’accouchement.
Ces douleurs peuvent durer moins de 2 minutes et avec un intervalle de quelques minutes en fonction de la progression du bébé. Elles sont ressenties comme une crampe au niveau du ventre. La dilatation du col comprend différents stades. Le premier stade est appelé « la phase de latence » qui consiste à la mise en route du travail avec des contractions irrégulières et moins douloureuses au début. Puis, elles gagnent en intensité et sont espacées de 5 à 10 minutes. Malgré le fait que le premier stade consiste à se dilater jusqu’à 3 centimètres, c’est habituellement le plus long. Elle peut durer quelques heures, allant au-delà de cela chez une maman accouchant pour la première fois.
Ensuite, il y a la phase active. Durant cette étape, les contractions sont très douloureuses, plus longues et rapprochées. L’intensification du travail durant la phase active rend la dilatation possible entre 7 à 8 centimètres. Puis, la phase de décélération permet à la future maman de dilater jusqu’à 10 centimètres. Elle est plus courte que la précédente, mais elle est la plus douloureuse, étant donné que les contractions sont plus fortes et moins fréquentes. C’est après cette phase que le bébé entame la descente vers le bassin.

L’expulsion : deuxième étape de l’accouchement

Suite à la dilatation complète du col de l’utérus, l’expulsion du bébé a lieu. C’est la phase de l’accouchement eutocique correspondant au passage du bébé dans le col de l’utérus jusqu’à sa naissance. L’expulsion du bébé est facilitée par les efforts de poussée. Ce stade est en général dirigé par une équipe médicale. Une fois que le bébé franchit le détroit moyen du bassin de la mère, sa tête va heurter le périnée. Ce qui déclenchera un réflexe de poussée chez la femme enceinte.
Aidée par les poussées fournies par sa maman, la tête du bébé pourra ensuite étirer le faisceau de muscles en vue d’atteindre la vulve. Celui-ci avancera petit à petit avec chaque poussée. Une fois la tête dégagée, le gynécologue ou bien la sage-femme la dirigera vers le bas pour qu’une épaule soit libérée, par la suite vers le haut afin de libérer l’autre. Alors, le reste du corps suivra rapidement.

Accouchement eutocique

Accouchement eutocique

La délivrance : troisième étape de la mise au monde

Cette dernière phase de l’accouchement eutocique est appelée « délivrance ». Elle consiste à l’expulsion du placenta et des membranes qui entouraient le nouveau-né. Elle se déroule 15 à 20 minutes après la sortie du bébé. Puisque le placenta n’a plus de fonction, il se détache du fond de l’utérus. C’est d’ailleurs la première phase de la délivrance : le décollement du placenta. Au cours de la délivrance, quelques contractions peuvent être ressenties, mais avec une intensité plus faible que celles avant l’accouchement.
Le muscle utérin se rétracte sous l’effet des contractions. Ce qui entraînera le détachement du placenta ainsi que des membranes. Cependant, la maman n’aura plus à besoin de fournir des efforts de poussée à ce moment précis. Une fois que le placenta ainsi que les membranes se sont décollés, un saignement est visible au niveau de la vulve. C’est là qu’une ou deux dernières poussées de la mère se font afin de les expulser. Pendant ce temps, la sage-femme ou le gynécologue appuie sur l’utérus, pour ensuite faire sortir le cordant ombilical en le tirant vers l’extérieur. Il s’agit ici de la deuxième étape de la délivrance. Pour un accouchement eutocique, après cette période, il n’y aura plus rien dans l’utérus de la femme qui vient d’accoucher.
Le dernier stade de la délivrance s’appelle « hémostase ou phase de coagulation ». C’est une étape essentielle de l’accouchement, car l’utérus se rétracte pour la seconde fois. Les fibres musculaires se contractent durant cette action. C’est ce qui permet de ligaturer les vaisseaux sanguins. Par conséquent, un processus de cicatrisation sera achevé grâce aux facteurs de coagulation. Le dernier stade de la délivrance est surveillé de près par les responsables de l’accouchement. C’est la raison pour laquelle la femme reste pendant près de 2 heures en salle de naissance.




Ajouter un commentaire

You must be logged in to post a comment.