L’argent de poche, un moyen d’affirmer leur autonomie.

argent de poche

Cette épineuse question arrive vers l’âge de 7-11 ans. Faut-il donner de l’argent de poche à l’enfant, combien, et à quelle fréquence ? Ces questions restent souvent sans réponse, car chaque famille possède un cas qui lui est spécifique.

 

L’argent de poche : mécanisme de fonctionnement

En général, vers l’âge de 7-9 ans, les enfants commencent à saisir l’importance de l’argent, et comprennent que c’est un moyen d’acquérir des biens. Il est donc conseillé aux parents d’établir un certain « contrat » tacite avec les enfants. Il faut faire comprendre à ces derniers dans quelles circonstances dépenser de l’argent et pour acheter quoi. Cependant, veillez à ce que votre enfant connaisse bien les règles de calcul, et qu’il est en mesure de contrôler les dépenses. Pour commencer, donnez-lui juste de quoi s’acheter des petites sucreries ou friandises, et gardez un oeil sur ses dépenses. Offrez-lui une tirelire, afin qu’il commence à économiser et mettre de côté.

 

L’argent de poche : pour quelles circonstances ?

L’argent de poche peut servir de motivation, mais il faut savoir doser à juste mesure : par exemple, cela peut l’encourager à faire des tâches ménagères ou faire ses devoirs à temps. Toutefois, il ne faut pas qu’à long terme, cela devienne un motif pour susciter l’intérêt de votre enfant concernant toutes les activités. Ces dernières ne doivent pas être régulièrement monnayées. À mesure qu’il grandit, il faut espacer la fréquence : tout d’abord, mensuel, ensuite trimestriel et enfin, donnez-lui de l’argent tous les six mois. Cela permettra à votre enfant de comprendre l’importance de l’épargne et il va être plus sélectif dans ses choix, et opter pour ceux qu’il considère prioritaires.

 

L’argent de poche : pour le désir d’indépendance de l’enfant

Quand l’enfant commence à gérer son argent, il se sent responsable et autonome. Il évolue mentalement et psychologiquement, et cela est un vrai tremplin dans sa vie d’adolescent. Par ailleurs, les parents se délèguent progressivement de leurs responsabilités, et ils doivent le faire. Ceci est vital pour que l’enfant se sente indépendant. Si les parents sont sans cesse en train de questionner leur enfant sur ses dépenses, ce dernier va se sentir « emprisonné ». Pour venir en aide aux parents, les institutions financières proposent des offres intéressantes : pour les moins de 12 ans, il existe le livret A; et pour les 12-25 ans, le livret jeune permet de retirer de l’argent à tout moment, et offre un taux attractif de 4 %.




Ajouter un commentaire

You must be logged in to post a comment.